La coopérative France-Miel est née par des apiculteurs qui étaient engagés dans la filière apicole pour apporter aux consommateurs un produit plus qualitatif et mieux défini permettant d’assurer, ainsi, des ressources de vie à une famille.

Les temps forts de sa jeunesse continuent de marquer sa vie encore aujourd’hui.
Ainsi, la coopérative France-Miel est membre actif de FedApi, la Fédération des Coopératives Apicoles de France (fedapi@orange.fr). Elle en assume la Présidence.
Dans cette Fédération, participent, de manière libre, les coopératives apicoles françaises, qui, pour la plupart, sont des coopératives régionales de collecte. Rares sont celles qui, comme France-Miel, sont allées de manière durable jusqu’à la mise en pot du miel.

La Fédération des Coopératives est membre de la structure nationale « Coop de France » qui regroupe en son sein la plupart des coopératives françaises et leur apporte des expertises dans des domaines de compétences administratives, fiscales, sociales, d’engagement commun à toutes les coopératives.

Par l’intermédiaire de Coop de France, la Fédération dispose de deux sièges au Copa Cogeca à Bruxelles. Cette structure présente et développe les arguments et positions des producteurs et coopératives auprès des instances européennes (DG Sanco, DG Agri…).
Ainsi, dans la rédaction de la Directive Miel, dont l’examen a commencé en 1992, pour être adopté en 2001 n°2001/110/CE, France-Miel par la Fédération des Coopératives, par Coop de France et par Copa Cogeca, a joué un rôle essentiel dans la rédaction de cette Directive et notamment dans l’évolution importante des qualificatifs floraux et géographiques des miels.

Par l’intermédiaire d’Apimondia, et de l’un de ses présidents le plus actif, Raymond Borneck, lui-même membre de l’équipe de création de France-Miel, la coopérative a joué un rôle dans l’établissement de la Norme Mondiale du Miel : Alinorm n°01-25 adoptée à Genève en juillet 2001. Nous avons pu obtenir un élément clef, le point 6-18 sur les origines du miel, qui a été initié par France-Miel.

Le développement apicole est beaucoup passé dans les années 60, par la création de CETA (Centre d'Etudes Techniques Apicole), lieu d’échanges de techniques et savoir-faire. C’est souvent des membres de la coopératives qui en étaient les principaux acteurs. Aujourd’hui, l’évolution s’oriente vers la notion d’ADA (Association de Développement de l'Apiculture) et les adhérents de la coopérative y apportent leur contribution. Ces ADA sont regroupés sur le plan national dans le CNDA (Centre National de Développement Apicole). France-Miel est représenté au CNDA soit par des adhérents en ADA soit directement au collège II.

Les adhérents de France-Miel sont libres d’adhérer à des organisations syndicales apicoles en France (côté production). Il en existe plusieurs : le SPMF, le SNA, l’UNAF et la section apicole de la Confédération Paysanne.
La plupart se retrouve pour défendre l’apiculture et le miel dans la diversité de ses dimensions d’exploitation et de passion.

 




© France Miel - Dartagnan - Illust. D. Chauvin - Mentions légales